#AtelierDIHAL du 8 février 2018 : « Acting First »

 

TAPAJ, Un chez soi d’abord… Les actions initiées au plus proche de la demande de la personne se développent ces dernières années dans le domaine de l’insertion via le logement, le travail, le soin. Loin des cascades de réponses protocolaires au format « step by step », ces approches complémentaires se structurent à travers une approche intégrée et une continuité de propositions sans prise en charge en silo. En amont des notions de parcours et autres temps de construction de projets, s’appuyant sur les motivations de changement de la personne, avec laquelle s’expérimente des actions co-évaluables, pour qu’elle puisse en renforcer sa perception de se ré-approprier une partie de sa capacité d’impulser du changement sur sa trajectoire de vie.
Pourtant en France, le format de réponse passant par la formation comme porte d’entrée d’une intégration sociale et professionnelle reste largement prépondérant.

Ce schéma « train and place » quasi hégémonique occulte le fait que, dans de nombreux autres pays, notamment anglo-saxons, la réponse en terme de « place and train » existe aussi. Respectant le fait que les deux puissent correspondre à des publics différents, mais également, chez une même personne à des temps différents de sa propre trajectoire de vie.

Notre crainte aujourd’hui est que toutes nos expérimentations soient catégorisées en silo avec des indicateurs spécifiques, centrés selon les cas sur la question de l’hébergement ou du travail, au risque de perdre le cap de l’approche intégrée, de la démarche globale et systémique.

Sommes-nous seulement sur un amoncellement de projets innovants utilisant les leviers de l’emploi et du logement ? Notre conviction est que nous travaillons à un changement de paradigme dont nous avons maintenant la responsabilité collective de le faire reconnaître et accompagner pleinement par les pouvoirs publics. Pour reprendre la fameuse formule, nous avons su passer du bruit à la parole sur nos territoires, pour construire des réponses faisant cheminer de la parole aux actes… Il nous reste aujourd’hui à passer collectivement l’épreuve de la reconnaissance politique !

Pas d’actions éparses sur une niche de publics cibles très précis… Pas de Housing First, de Working First, mais seulement et toujours de l’Acting First ! Une mise en situation immédiate, prenant sa source sur l’expression de ce qui est important ici et maintenant pour la personne concernée.

Au gré de nos rencontres, nous avons décidé de recueillir les opinions et l’expertise de personnes reconnues dans leur domaine, afin de diffuser prochainement une première somme de recherches les plus récentes qui continueront d’irriguer nos pratiques de terrain.

Notre souhait est de continuer cette réflexion avec l’ensemble de nos partenaires : DIHAL, MILDECA, CIPDR, Fédération Addiction, FAS… À ce titre, un premier comité technique est co-organisé avec la DIHAL courant avril 2018.

 

TAPAJ

Pas de commentaire

Les commentaires sont clos.