spectre de rue

TAPAJ est le premier programme en pré employabilité auprès de personnes marginalisées au Québec, mis en place par Spectre de Rue en 2000 à Montréal. Aujourd’hui, au moins 5 autres associations ont repris le concept au Québec.

La Génèse

C’est à la suite des recommandations émises par l’étude de terrain réalisée en 1999 auprès des jeunes pratiquant le squeegeeing (nettoyage des pare-brise aux feux rouges par les jeunes en errance), que le Programme TAPAJ est né.

En effet, il s’est avéré que la création d’alternatives à la judiciarisation de ces jeunes qui pratiquent des métiers de la rue, considérés par la loi comme illégaux, était nécessaire. Ainsi une banque d’emploi s’est mise en place afin de leur offrir des activités rémunératrices intéressantes comparativement à celles qu’ils pratiquaient. La première année a connu un grand enthousiasme de la part des jeunes quant au type d’activités proposées (lavage de vitrines de locaux vacants et création d’une murale artistique).

TAPAJ a reçu en 2003  le prix d’excellence « Persiller Lachapelle » dans la catégorie Soutien aux personnes et aux groupes vulnérables, par le Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec.

Le CEID-Addictions Bordeaux

2007 : Le CIPC (Centre International pour la Prévention de la Criminalité) accueille un professionnel du CEID pour des échanges de pratiques

Témoignage

2010 : Proposition d’une transférabilité du programme TAPAJ à Bordeaux et fin de non recevoir de la plupart des partenaires institutionnels craignant une régression par ces propositions de précarisation supplémentaire du travail… Seul la mairie de Bordeaux, notamment le service du DSU en charge de la gestion des nuisances publiques, croit au projet et accepte de prendre avec nous le bâton de pèlerin pour construire TAPAJ Bordeaux.

2011 : Nous nous confrontons à une adaptabilité complexe pour se conformer au code du travail qui met en péril le projet. Des partenariats hasardeux ne feront que ralentir les choses. Mais un ensemble d’acteurs privés très intéressés nous poussent à aller de l’avant même si les premiers engagements tardent à venir.

2012 : Grâce à la confiance de la Fondation Auchan, le CEID s’affranchit temporairement des difficultés financières de fonctionnement pour lancer l’action.

Le DSU de la mairie de Bordeaux confirme sa confiance en proposant et finançant le premier gisement de désherbage des rues de la ville.
La première expérimentation de TAPAJ Bordeaux commence.

2013 : Les acteurs privés qui nous soutenaient depuis l’origine s’engagent de manière active dans TAPAJ. Les premiers gisements de travail sont proposés par la SNCF, Auchan Mériadeck et très vite ERDF, puis le Fonds de dotation Bordeaux Solidaire.

tapaj jumelage

Rencontre entre gilles Beauregard directeur de Spectre de rue et des Tapajeurs Bordelais lors de la journée de Jumelage.

Grâce à cet archipel d’acteurs privés ou publics, et au partenariat avec l’Association Intermédiaire ARE 33, le modèle économique viable et pérenne de TAPAJ est enfin trouvé.Lancement officiel de TAPAJ en présence d’ Alain Juppé. Jumelage entre Spectre de Rue Montréal et CEID-Addictions. La Fondation Orange accepte de nous accompagner dans la construction du site internet et du blog, construits avec les Tapajeurs Bordelais, et servant de lien entre eux de part et d’autre de l’atlantique.

TAPAJ FRANCE

C’est avec le soutien de la MILDECA que la Fédération Addiction a lancé en mars 2014, un projet national visant à accompagner la transférabilité du programme TAPAJ en France.

Ce projet est piloté avec l’appui expert du Comité d’Étude et d’Information sur la Drogue et les Addictions (CEID-Addictions) qui a déployé un programme TAPAJ à Bordeaux.

Le CEID-Addictions avait organisé le 9 décembre 2013 avec l’appui de la MILDECA, une journée de présentation du programme TAPAJ mis en place à Bordeaux. À la suite de cette rencontre, de nombreuses structures avaient manifesté leur intérêt pour développer en leur sein et sur leur territoire, des programmes TAPAJ.

De par sa capacité de mobilisation et de formalisation collective, la Fédération Addiction s’est vue confier par la MILDECA, la mission d’accompagner des futurs porteurs de projets TAPAJ du territoire national. Cet objectif correspondant dans le plan MILDECA 2013-2017 à l’axe stratégique 1.3 « Réduire les risques sanitaires et les dommages sociaux« , objectif 1.3.2 « Favoriser la dimension socioprofessionnelle dans la prise en charge globale« .

Le plan d’accompagnement se déroule sur 2 ans (2014-2015). Il comprend une phase de conceptualisation d’outils communs et notamment la Charte TAPAJ ainsi qu’une phase d’appui des futurs porteurs du dispositif, sur site.

Pour plus d’informations, voir l’article sur le site de la Fédération Addiction.

MILD&CA